Les émissions de carbone

Il est temps de les ralentir et de s’attaquer au changement climatique !

Le monde fait face à de grands défis qui découlent de l’augmentation exponentielle des émissions de gaz à effet de serre dans l’atmosphère due à l’activité humaine.

Conditions météorologiques extrêmes, ayant un impact direct sur la disponibilité en eau potable,

extinction massive d’espèces animales et végétales…

Comment pouvons-nous relever ce défi ?

Agir sur le changement climatique exige que nous travaillions tous ensemble, à tous les niveaux : gouvernements, entreprises, communautés et individus.

Chacun peut participer à cette action et Symrise s'est engagé à y contribuer à travers sa stratégie à faible émission de carbone que nous sommes fiers de présenter ici.

Reprenons d’abord au début de l'histoire…

Quels problèmes posent les émissions de carbone ?

Comprenons tout d’abord ce qu’est le phénomène d’effet de serre

L’effet de serre est un phénomène naturel qui contribue à maintenir une température habitable sur Terre.

Les principaux gaz responsables de l’effet de serre sont le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4), le protoxyde d’azote (N2O) et la vapeur d’eau.

Lorsque les rayons du soleil atteignent la Terre...

1

2/3 d’entre eux sont absorbés par les océans, le sol et les arbres

2

1/3 d’entre eux sont réfléchis dans l’atmosphère sous forme de rayonnement infrarouge.

3

Plusieurs gaz présents dans l’atmosphère empêchent une partie de ce rayonnement de s’échapper dans l’espace et le renvoient vers la Terre.

Ce phénomène d’effet de serre réchauffe la Terre pour atteindre une température de 15°C, permettant la vie sur Terre.

Sans cet effet de serre, la température sur Terre serait en moyenne de -18°C

Le dioxyde de carbone (CO2) est l’un des gaz contribuant le plus à l’effet de serre.

Il y a un équilibre fragile entre le carbone utilisé par les plantes sur terre et par les microplanctons dans les océans, et celui rejeté naturellement par l’activité de la vie dans l’atmosphère.

Sur une très longue période, le carbone inutilisé s’accumule sous forme de carbone naturel fossile dans les couches profondes de la Terre.

Mais alors, quel est le problème ?

Au siècle dernier, l’activité humaine intensive liée à l’ère industrielle et aux besoins énergétiques résultants a entraîné une utilisation massive de ces réservoirs de carbone fossile, appelés énergie fossile (pétrole, charbon, gaz, ...) tout en favorisant l’agriculture intensive et l’enfouissement des déchets.

Ces derniers entraînent une augmentation considérable des émissions de CO2 et de méthane dans l’atmosphère, ce qui rompt l'équilibre.

En parallèle, la déforestation et l’urbanisation ne permettent pas aux sols et aux arbres d’absorber le surplus de CO2. Et dans le cadre du réchauffement climatique, les océans se réchauffent également, ce qui complique la dissolution du CO2 dans les mers.

Ainsi, moins de CO2 est absorbé, ce qui contribue à l’augmentation de la quantité de gaz dans l’atmosphère.

Avec une plus grande quantité de ces gaz - le CO2 mais aussi le méthane - dans l'atmosphère, une plus grande partie du rayonnement dans l'atmosphère est bloquée. En conséquence, la terre se réchauffe de plus en plus.

Il faut garder à l’esprit que chaque molécule de CO2 relâchée dans l’atmosphère aujourd’hui exercera son effet de réchauffement pour les 100 ans à venir !

Aujourd’hui, en 2022, la température moyenne sur Terre a déjà augmenté de + 1,2°c

Cela perturbe tout !

Comment le monde aborde-t-il ce problème ?

Il est temps d’AGIR !

Deux actions principales doivent être menées simultanément :

Réduire les émissions de gaz

S’adapter aux effets du changement climatique en préservant les hommes, la biodiversité et les sites patrimoniaux.

C’est l’objectif de l’Accord de Paris de 2015.

Un événement charnière dans la prise de conscience des gouvernements

Que s’est-il passé ?

Au cours de ce sommet clé, 196 pays se sont engagés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre afin de limiter le réchauffement climatique à 1,5°C d’ici à 2100, au lieu d’une augmentation de 3 à 5°C, voire plus, si rien n’est fait, et à travailler en vue d’une société sans émission de carbone.

La stratégie mondiale consiste à définir des contributions équitables pour la réduction des gaz à effet de serre selon les émissions actuelles et passées de chaque pays.

Cela est très variable selon l’industrie et l’énergie utilisée dans chaque pays :

À titre d’exemple, produire de l’électricité en brûlant du charbon émet :

plus que le gaz

plus que l’énergie hydroélectrique, nucléaire ou éolienne.

centrale électrique à gaz

centrale électrique à charbon

centrale nucléaire

Puis, chaque pays s’engage à suivre un plan d’action visant à limiter le réchauffement climatique avec un calendrier et un objectif de réduction de carbone d’ici à 2050, afin de pouvoir atteindre un équilibre entre les émissions restantes et la capacité de séquestration du carbone (neutralité carbone).

5
ans

Ces pays se réunissent tous les 5 ans afin d’évaluer les progrès collectifs dans ce sens et d’optimiser les actions si nécessaire.

Quid de la responsabilités des entreprises ?

En tant que membres de la société, les entreprises ont une grande responsabilité dans la participation aux engagements pris par les gouvernements en faveur des actions pour le climat et, par conséquent, dans la mise en place de leurs propres plans d’action.
Elles doivent établir des objectifs de réduction pour 2050 ainsi que des trajectoires à faible empreinte carbone.

Les émissions de gaz à effet de serre des entreprises sont classées en trois catégories.
Scope 1

Émissions directes des sites de production (gaz, pétrole...)

Scope 2

Émissions indirectes liées à la production de l’énergie achetée (gaz, pétrole...)

Scope 3

Émissions indirectes dans l’ensemble de la chaîne de valeur

Le saviez-vous ?
1 tonne d'aliments secs pour chiens émet 2 tonnes de CO2eq
Il faudrait une forêt plus grande que l’Allemagne pour capter toutes les émissions de CO2 de l’industrie du pet food !

Voici ce à quoi ressemblent les émissions de gaz à effet de serre de Symrise Pet Food :

LES FOURNISSEURS
et leurs fournisseurs
ABATTOIRS & BROYEURS, CALIBREUSES, ÉCLOSERIES FOURNISSEURS D'INGRÉDIENTS

LES FOURNISSEURS D'ÉNERGIE
Indirect

USINES SYMRISE PET FOOD
Direct

LES CLIENTS
et leurs clients
FABRICANT D'ALIMENTS ANIMALERIES PROPRIETAIRES

Les émissions de gaz à effet de serre de Symrise Pet Food représentent 800 000 tonnes de CO2eq par an

Scope 1 Scope 2 10 à 15%* Scope 3 85 à 90%*
*selon le bilan carbone des trois principaux sites de Symrise Pet Food, à Elven (France), Descalvado (Brésil) et Hodges (États-Unis).

Comment agissons-nous en tant qu’entreprise?

Conformément aux objectifs de Symrise, Symrise Pet Food s’engage à :

Être neutre en carbone
(0 émission nette de CO2)
pour le scope 1 & le scope 2 d'ici à 2030*

(*) par rapport à 2020

Réduire de 30 % les émissions d’équivalent CO2 pour le scope 3 d'ici à 2030*

Cet objectif nous permettra de respecter l’Accord de Paris, et plus particulièrement le scénario d’un réchauffement climatique de +1,5°c.

Afin de respecter nos engagements nous prenons en compte les 3 scopes dans leur ensemble, grâce à une stratégie régionale impliquant tous les départements.

Il s'agit du Programme Low Carbon visant à mesurer et à définir les objectifs pour ensuite agir !

De nombreuses initiatives ont déjà été mises en place !